Les Sifflets du FC Martignas/Illac 2° Épisode

L’Arbitre, au service du jeu

Après Naouel BOUTI, Maxime ROUMIER, et Jordan PUECH, voici le tour de Arnaud FOUGEU, arbitre Régional, Corentin BUFFARD, arbitre Départementalet Julien RIET, jeune joueur des U14 se lançant dans l’aventure.

Pour ceux qui n’auraient pas lu la première partie de l’article, ils le retrouveront sur le site du FCMI : http://fcmi-club.fr/

L’ancien arbitre que je suis a eu pour « mentor » Joël QUINIOU, arbitre du même âge que moi, mais qui lui a passé brillamment les épreuves comme arbitre de la Ligue de Paris, pour devenir arbitre en première division à partir de 1979.

Après avoir opté pour l’arbitrage il disait : « Plutôt que de faire banquette en juniors, j’ai choisi de m’orienter vers l’arbitrage. C’est d’ailleurs un conseil que je donne aux jeunes joueurs. »

Meilleur arbitre français à la fin des années 1980, il officiera lors de trois Coupes du Monde au Mexique, en Italie, et aux États-Unis.

Il détient le record insolite, de l’arbitre ayant sorti le plus rapidement un carton rouge lors d’un match de Coupe du Monde : pendant le match Uruguay-Écosse en 1986, il expulsera le joueur uruguayen José Batista au bout de 56 secondes de jeu et expliquera sa décision, après le match, de la manière suivante : « Je ne pouvais pas accepter qu’un joueur rentre sur le terrain pour détruire un adversaire ».

Question 1 : comment es-tu devenu arbitre ?

Julien : je suis passionné de football et j’aime beaucoup la justice. Même lorsque j’étais petit cela me tentait. Par ailleurs j’ai aussi un bon contact avec les autres. C’est un bon point pour arbitrer.

Arnaud : j’ai toujours bien aimé arbitrer en tant que dirigeant bénévole et j’étais souvent curieux des évolutions des règles. Par ailleurs en tant qu’éducateur, il y avait beaucoup de choses que je ne comprenais pas dans les réactions ou décisions de certains arbitres. Un jour, j’ai fini par aller voir ce qu’il se passait du Côté Obscur.

Corentin : je jouais en Franche – Comté, vers Besançon, mais j’ai senti que j’arrivais au bout de mes possibilités de progression. Pour rester en contact avec ma passion je suis devenu arbitre et cela m’a plu. Je suis arrivé en Gironde en 2013 et le District m’a orienté vers le FCMI. 

Question 2 : comment vois-tu ton rôle d’arbitre ? Quelles sont tes qualités et que voudrais-tu améliorer ?

Corentin : un arbitre doit permettre au match de se dérouler dans de bonnes conditions. Il faut faire respecter les lois du jeu et être impartial, ce que j’essaie de faire à chaque match. Ce n’est pas toujours facile avec certains joueurs qui peuvent tomber dans l’excès parfois. Pour cela je dois améliorer ma condition physique et aller plus vers les angles du terrain, surtout si j’ai des assistants bénévoles. 

Julien : l’arbitre a un rôle très important. Sans lui le match ne peut pas commencer. C’est un rôle difficile car c’est l’une des personnes les plus jugées et critiquées. L’arbitre est un juge qui décide mais c’est aussi un humain qui doit comprendre les joueurs. 

Arnaud : l’arbitre c’est d’abord un passionné de football, qui doit courir pendant 90 minutes sans recevoir la moindre passe ! Comme un gardien, ce qui était mon poste, il porte en partie la responsabilité d’un match réussi ou non et j’aime bien cette pression. Il doit enfin être rigoureux dans la préparation des matchs par respect des joueurs et dirigeants qui jouent parfois leur saison sur une décision. 

Julien :  j’aurais dû faire mes débuts, juste quand le confinement est tombé. Je commencerai la saison prochaine. Je n’ai donc pas trop de souvenirs à partager. 

Corentin :  du temps du District de l’ex Gironde-Atlantique, j’avais été désigné à deux reprises pour des finales départementales. Maintenant avec le district de Gironde, il est plus difficile de participer à ce genre de matchs. 

Arnaud : je pense au match où j’ai validé ma montée en Ligue. J’étais évalué sur la rencontre opposant les deux premiers du classement pour le titre et la montée en R3. Le stade était plein, le match était diffusé sur ARL et TV Bassin d’Arcachon. Sans pression… 

Corentin : je pense qu’il faut être dur à la première incartade, sanctionner immédiatement. Même si c’est difficile à mettre en place, je pense aussi que des tests d’alcoolémie ou de stupéfiants éviteraient certains problèmes. Il m’est arrivé d’arbitrer une équipe dont la moitié des joueurs étaient ivres. Les choses s’étaient mal passées et ils avaient même vandalisé ma voiture. 

Arnaud : il faut renforcer la communication entre les acteurs du jeu. De gros efforts sont faits dans ce sens par les commissions départementales et régionales. Et quand le match le permet, un arbitre ne doit jamais refuser le dialogue. J’aimerais aussi qu’un joueur lourdement suspendu puisse aller arbitrer des matchs pour comprendre la difficulté de la tâche.  

Julien : je n’ai bien entendu pas encore été confronté à ce genre de problème. J’attends de voir comment les choses se passent. Peut-être qu’une augmentation des amendes ferait réfléchir certains.

Dernière Question : quel sont tes rêves ou tes objectifs dans ton parcours d’arbitre ?

Julien :  j’aimerais aller le plus loin possible, pourquoi pas au niveau professionnel. Je sais que cela sera difficile mais en commençant tôt je me donne une petite chance en plus. 

Arnaud : j’étais très bien placé pour monter Assistant Régional 1, mais la Ligue a gelé la saison dans ma catégorie suite au confinement. Je repars donc en R2 cette saison en me disant que si je l’ai fait une fois, je devrais pouvoir le faire une deuxième fois. Après, ce sont mes jambes qui décideront.

Corentin :  je n’ai pas d’objectifs précis. Mon travail me prend beaucoup de temps et d’énergie. Je suis déjà content d’être en Départemental 2 et j’espère m’y maintenir le plus longtemps possible. Je n’ambitionne pas spécialement la montée en D1.

Considéré comme l’un des meilleurs arbitres de football au monde, Pierluigi Collina connaît une forte médiatisation jusqu’à sa retraite sportive en août 2005.

« Le football n’est pas un jeu parfait. Je ne comprends pas que les gens veuillent que l’arbitre le soit ».

Il arbitrera 4 matchs des Jeux olympiques 1996, dont la finale entre l’Argentine et le Nigeria, puis il arbitrera également la finale de la Ligue des champions 1999.

En 2002, Pierluigi Collina atteint l’apogée de sa carrière en arbitrant la finale de la Coupe du monde entre le Brésil et l’Allemagne, le Brésil avec 2 buts de Ronaldo décrochant sa 5° étoile de Champion du Monde.

Merci Naouel, Julien, Corentin, Jordan, Maxime et Arnaud pour vous être prêtés au jeu du Questions/Réponses.

Bonne saison 2020/2021 en représentant les couleurs du                 FC Martignas/Illac.

Sachez garder votre personnalité, votre passion pour l’arbitrage          et dites-vous que nul n’est parfait.

Arnaud toi qui joue le rôle de « Référent Arbitre » au sein du FCMI, Merci pour ton aide et continue à œuvrer pour cette noble mission de l’arbitrage, en tant que véritable coordinateur aidant à la fidélisation des arbitres du club, à leur formation si nécessaire et au recrutement de nouveaux futurs « Directeurs de Jeu ».

D’autre part sous ta double casquette d’Arbitre mais aussi d’Éducateur chargé la saison prochaine de l’équipe 1 des U 13, en compagnie d’Ahmat, Arnaud je te félicite pour l’obtention en juillet dernier de ton  diplôme de Brevet de Moniteur de Football.

En conclusion de cette mise sous les feux de la rampe des 6 arbitres du FCMI, voici l’interview récente d’un arbitre de la Ligue Nouvelle Aquitaine nous contant sa passion du foot à l’école de la vie de l’arbitrage, avec ses émotions et ses déboires, Jonathan BLONDY, un arbitre de cœur.

Entretien vidéo avec Jonathan BLONDY ⚽️ ARBITRE ⚽ en R2 nouvelle Aquitaine pour le club du FC Périgord Centre ( R3) en Dordogne.-Combien gagne un arbitre par match, temps de formation des arbitres et bien d'autres questions que nous nous posons tous.

Publiée par Balance Tonfoot sur Jeudi 30 juillet 2020

Guy PUJOL  dit l’ARIÉ…..JOIE